» Nous perdons un grand préfet, un grand serviteur de l’Etat. Stéphane Bouillon avait un dialogue permanent avec les élus et connaissait parfaitement ses dossiers », s’est attristé Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille.